Hypoglycémie

Sommaire

L'hypoglycémie correspond à une baisse excessive de la glycémie, c'est-à-dire du taux de glucose dans le sang. Chez les sujets diabétiques traités par insuline, des hypoglycémies nocturnes peuvent survenir dans certaines circonstances.

Le malaise hypoglycémique est la complication aiguë la plus fréquente chez le sujet diabétique. L'hypoglycémie peut aussi survenir dans d'autres circonstances, en dehors de toute pathologie diabétique.  

Causes des hypoglycémies

Une hypoglycémie peut toucher n'importe qui, les personnes atteintes d'un diabète sucré comme les personnes en bonne santé. En effet, les causes et les circonstances des hypoglycémies peuvent être nombreuses.

L'hypoglycémie chez le sujet non-diabétique

L'hypoglycémie est la cause la plus fréquente et banale de malaises. Elle peut survenir dans différents contextes :

  • en cas d'activité physique soutenue chez un sujet à jeun ;
  • après un effort prolongé sans prise alimentaire, même chez un sportif entraîné ou professionnel : cyclisme (la célèbre fringale du cycliste), triathlon, marathon et toutes les épreuves d'endurance ;
  • avec une activité physique normale chez un sujet sous-alimenté : régime hypocalorique pour maigrir, refus des aliments glucidiques, anorexie mentale, perte d'appétit accompagnant une maladie chronique ou une dépression ;
  • après une prise excessive d'alcool en dehors d'un repas ;
  • une à deux heures après une consommation importante de sodas sucrés qui provoquent une libération massive d'insuline, dont l'effet dure plus longtemps que celui du soda.

Plus rarement, des hypoglycémies à répétition peuvent être évocatrices de problèmes de santé, tels que :

L'hypoglycémie chez le sujet diabétique

Si le sujet diabétique craint généralement les hyperglycémies, il peut aussi faire l'expérience des hypoglycémies. Plusieurs circonstances peuvent conduire à une hypoglycémie chez le sujet diabétique :

  • un surdosage accidentel en insuline ;
  • un écart alimentaire après une dose normale d'insuline : repas sauté ou trop décalé, repas trop pauvre en glucides, effort prolongé sans compensation en glucides ;
  • un surdosage en certains médicaments antidiabétiques oraux (sulfamides ou glinides), qui stimulent la sécrétion d'insuline dans le diabète de type 2, avec ou sans écart alimentaire associé. D'autres classes d'antidiabétiques oraux, comme les biguanides ou les glitazones, ne provoquent jamais d'hypoglycémie.

À noter : les sujets diabétiques traités par insuline peuvent être touchés par des épisodes d'hypoglycémie nocturne, suivis d'une hyperglycémie réactionnelle au réveil. Ce que les spécialistes appellent l'effet Somogyi

Symptômes et effets de l'hypoglycémie

L'apparition des signes d'une hypoglycémie varie selon le type de sujet :

  • dès 0,80 g/l pour un sujet âgé ou fragile ;
  • à partir de 0,60 g/l pour la plupart des individus, parfois encore plus bas chez les sportifs très entraînés à surmonter une sensation de fatigue, comme les sportifs d'endurance.

À noter : il n'est pas rare pour les médecins de constater des glycémies à 0,25 g/l chez des marathoniens qui passent la ligne d'arrivée difficilement, mais en courant !

Tout malaise progressif, chez le sujet diabétique comme chez le sujet non-diabétique, peut a priori traduire une hypoglycémie. Le diagnostic de certitude repose sur la mesure de la glycémie capillaire grâce à un lecteur de glycémie (comme celui que possèdent tous les diabétiques sous insuline).

L'hypoglycémie évolue en trois grandes phases, selon son importance et selon les personnes :

  • une sensation de fatigue ou « coup de pompe » avec une sensation de faim ;
  • un malaise, le malaise hypoglycémique, avec pâleur, sueurs froides, faiblesse musculaire, accélération du rythme cardiaque, troubles du comportement, erreurs de jugement ;
  • une perte de conscience.

Zoom sur le malaise hypoglycémique

Le malaise hypoglycémique est l'incident le plus fréquent chez le sujet diabétique sous insuline, mais il se produit aussi chez les malades sous antidiabétiques oraux de type sulfamides hypoglycémiants et glinides.

Plusieurs stades d'évolution peuvent être distingués dans le malaise hypoglycémique, des signes annonciateurs jusqu'au coma hypoglycémique.

Premier stade du malaise hypoglycémique

Les premiers signes annonciateurs du malaise hypoglycémique sont :

  • une faim impérieuse avec des douleurs de l'estomac ;
  • la sensation de fatigue et de faiblesse dans les jambes ;
  • des crampes ;
  • des sueurs surtout frontales ;
  • une sensation de flottement ou de vertige ;
  • une vision double ou floue ;
  • une pâleur du visage ;
  • des troubles du jugement ou du comportement donnant à l'entourage une impression d'absence, surtout chez l'enfant, avec la possibilité de troubles de la parole. 

À ce stade, le malaise hypoglycémique peut faire penser à tort à un état d'ébriété.

Malaise hypoglycémique sévère

Le second stade du malaise hypoglycémique est le malaise sévère. Il se traduit par :

  • une incapacité au moindre effort ou de se tenir debout ;
  • une forte envie de dormir ;
  • un état de confusion mentale avec désorientation dans le temps et/ou dans l'espace ;
  • des troubles du comportement avec irritabilité ou colères brusques.

Bon à savoir : les patients ayant un antécédent récent d’hypoglycémie sévère présentent des scores cognitifs globaux significativement diminués, notamment au niveau du langage, de la fonction exécutive et de la mémoire ; lorsque les patients ont eu des hypoglycémies sévères au cours de leur vie, c'est la fonction exécutive qui est la plus affectée (source Lacy M.E. et al. Severe hypoglycemia and cognitive function in older adults with type 1 diabetes : the Study of Longevity in Diabetes (SOLID). Diabetes Care 2020 ; 43 : 541-548).

Coma hypoglycémique

Le dernier stade, d'apparition souvent rapide, est celui du coma avec :

  • une perte de connaissance ;
  • des sueurs abondantes ;
  • des secousses musculaires évoquant des convulsions ;
  • un pouls rapide, mais une respiration normale.

Prise en charge d'un individu en hypoglycémie

Si les premiers signes d'hypoglycémie sont ressentis et compris par la personne, avant le stade du malaise hypoglycémique, il faut immédiatement resucrer l'organisme, en ingérant des sucres d'assimilation rapide. Chez le sujet diabétique, il faut ensuite contrôler la glycémie capillaire

À savoir : tout malaise chez un diabétique est une hypoglycémie jusqu'à preuve du contraire par un dosage glycémique. L'entourage d'un sujet diabétique doit savoir gérer un éventuel malaise hypoglycémique. Il est généralement formé aux gestes à effectuer par l'équipe du service de diabétologie. 

Conduite à tenir en cas de malaise hypoglycémique

Si vous assistez au malaise d'une personne dû à l'hypoglycémie, il est indispensable de connaître les bons réflexes. Si le sujet, diabétique ou non, est conscient, il faut :

  • l'allonger et le protéger du froid ;
  • lui donner du glucose (sachets, comprimés) ou une boisson sucrée (soda, infusion bien sucrée) ; 
  • la laisser au repos jusqu'à récupération complète. 

Conduite à tenir en cas de coma hypoglycémique

Si la victime d'un malaise hypoglycémique est inconsciente et donc en état de coma hypoglycémique, il faut :

  • l'allonger sur le côté en position latérale de sécurité et la protéger du froid ;
  • attendre son réveil spontané (5 à 10 minutes en général) sans cesser de la surveiller ;
  • s'il s'agit d'un sujet diabétique sous insuline, il faut lui injecter l'ampoule de glucagon de sa trousse d'urgence (les proches ont été formés à ce geste par le diabétologue), puis contrôler sa glycémie capillaire ;
  • appeler les secours (15, 18 ou 112) dans les autres cas ou si le sujet diabétique ne se réveille pas dans les cinq minutes qui suivent l'injection de glucagon.
  • dès que la personne se réveille, lui donner du glucose (sachets, sirop, sodas). 

Prévenir et éviter un malaise hypoglycémique

Chez le sujet diabétique, la prévention du malaise hypoglycémique repose sur :

  • le respect strict des horaires, du fractionnement et de la composition des repas ;
  • le respect des doses d'antidiabétiques oraux et d'insuline, adaptées en principe en fonction de l'autosurveillance glycémique ;
  • la prise de collations en cas d'activité inhabituelle.

La répétition de malaises hypoglycémiques, même bénins, doit amener à consulter pour réviser le traitement avec le médecin traitant ou le diabétologue.

Bon à savoir : la consommation régulière de safran aiderait à réguler la glycémie.

Ces pros peuvent vous aider