Hypoglycémie nocturne

Sommaire

L'hypoglycémie est une baisse du taux de glucose dans le sang, c'est la situation inverse de l'hyperglycémie. Si elle survient la nuit, les spécialistes parlent d'hypoglycémie nocturne.

Qu'est-ce qui entraîne ce phénomène ? Quels en sont les symptômes et comment y remédier ? Ooreka vous répond.

Qu'est-ce que l'hypoglycémie nocturne ?

La glycémie désigne le taux de glucose dans le sang. Une glycémie normale (c'est-à-dire correctement régulée par l'organisme) oscille en moyenne au cours de la journée entre 0,8 g/l et 1,2 g/l.

Si elle baisse en dessous d'un certain seuil (0,6 g/l), on parle d'hypoglycémie. Cet état peut entraîner différents symptômes, car l'organisme, et particulièrement le cerveau, sont très dépendants du glucose sanguin. Quand l'hypoglycémie se déclenche la nuit, les spécialistes parlent d'une hypoglycémie nocturne.

Si l'hypoglycémie peut toucher toutes les personnes, diabétiques ou non, l'hypoglycémie nocturne affecte surtout les patients diabétiques. Si l'hypoglycémie est importante, elle peut aller jusqu'à provoquer un malaise, dit malaise hypoglycémique.

Causes de l'hypoglycémie nocturne

L'hypoglycémie nocturne concerne généralement les personnes déjà diagnostiquées pour un diabète sucré (diabète de type 1 ou de type 2). En effet, en cas de diabète, notamment de diabète de type 1, le taux de glucose dans le sang doit être constamment régulé par l'administration d'insuline et vérifié régulièrement pour éviter une éventuelle hyper ou hypoglycémie.

L'hypoglycémie nocturne peut être provoquée par :

  • une prise d'insuline trop importante au coucher ;
  • un repas du soir trop léger ;
  • une absence de repas le soir ;
  • un exercice physique intense dans la journée, en particulier en fin de journée ;
  • la prise d'alcool ou de toxiques.

À noter : l'hypoglycémie nocturne est surtout observée chez les patients diabétiques traités par insuline. Elle est donc fréquente chez les patients diabétiques de type 1, tous obligatoirement sous insulinothérapie, mais elle survient aussi chez les patients diabétiques de type 2, dont le diabète doit être traité par insuline. L'hypoglycémie nocturne peut également survenir chez les femmes enceintes atteintes de diabète gestationnel et nécessitant des injections d'insuline. 

Symptômes de l'hypoglycémie nocturne

L'hypoglycémie nocturne est un problème souvent redouté par les patients diabétiques sous insulinothérapie. Au début d'un traitement contre le diabète, les patients craignent parfois de perdre connaissance pendant leur sommeil.

Si les signes de l'hypoglycémie peuvent rester discrets, une hypoglycémie nocturne déclenche aussi des symptômes assez marqués, tels que :

  • une tachycardie (augmentation du rythme cardiaque) ;
  • des sueurs (transpiration nocturne souvent constatée au réveil) ;
  • des cauchemars (qui en général réveillent la personne en hypoglycémie) ;
  • des tremblements ;
  • une forte sensation de faim ;
  • parfois même des malaises au réveil, au moment de se lever.

À noter : sans être un symptôme de l'hypoglycémie nocturne, une hyperglycémie au réveil peut être une indication d'une hypoglycémie nocturne non perçue par le patient. Il s'agit de l'effet Somogyi.

Par ailleurs, chez les sujets âgés diabétiques de type 1, des hypoglycémies sévères récentes ou des hypoglycémies tout au long de la vie sont associées à une détérioration cognitive. Les hypoglycémies sévères récentes sont associées à une altération de la cognition globale.

Source : Lacy M.E. et al. Severe hypoglycemia and cognitive function in older adults with type 1 diabetes : the Study of Longevity in Diabetes (SOLID). Diabetes Care 2020 ; 43 : 541-548.

Zoom sur l'effet Somogyi

L'effet Somogyi désigne une hyperglycémie rebond en réponse à une hypoglycémie nocturne, un phénomène qui ne concerne que les patients diabétiques traités par insuline. Une hyperglycémie matinale peut donc parfois être un signe d'hypoglycémie nocturne.

En réponse à une hypoglycémie, le corps peut en effet sécréter une quantité importante d'hormones hyperglycémiantes pour éviter des dommages liés à l'hypoglycémie. La cause principale de l'effet Somogyi n'est pas une prise insuffisante d'insuline, mais une prise d'insuline non adaptée au jeûne de la nuit.

Bon à savoir : le phénomène de l'aube est un autre effet qui touche beaucoup de personnes diabétiques. Il se définit par une hyperglycémie au réveil, mais sans hypoglycémie nocturne. Contrairement à l'effet Somogyi, cette hausse n'est pas due à une hypoglycémie nocturne, mais à une inefficacité de l'insuline injectée pendant la nuit.

Traitement et prévention de l'hypoglycémie nocturne

L'hypoglycémie nocturne peut passer inaperçue, mais elle peut aussi, si elle est marquée, déclencher des symptômes parfois spectaculaires. Il convient donc de s'assurer que les prises d'insuline et la ration alimentaire soient adaptées au jeûne nocturne.

Bien traiter l'hypoglycémie nocturne

Le traitement de l'hypoglycémie nocturne repose sur un rééquilibrage de la concentration de glucose dans le sang. Si les symptômes d'hypoglycémie nocturne sont importants et réveillent le patient diabétique, il est important d'augmenter immédiatement l'apport en sucre en consommant des sucres à assimilation rapide. Cette correction de l'hypoglycémie nocturne est appelée le resucrage

L'hypoglycémie nocturne provoque une hyperglycémie matinale (effet Somogyi), source de déséquilibre du diabète. Il est donc nécessaire de détecter cette hypoglycémie nocturne pour contrôler au mieux la maladie diabétique. 

Savoir prévenir l'hypoglycémie nocturne

Pour éviter ou diminuer des crises d'hypoglycémie nocturne, il convient de prendre quelques mesures importantes :

  • Adapter sa dose d'insuline à son activité de fin de journée ou à ses repas du soir.
  • Mesurer systématiquement sa glycémie avant de se coucher, et éventuellement pendant la nuit si des symptômes anormaux surviennent, afin de détecter une éventuelle hypoglycémie.
  • Ne pas se coucher avec une glycémie trop faible.
  • Vérifier que son diabète est équilibré par son traitement et adapter sa dose d'insuline (ou le type d'insuline) avec l'aide de son médecin.

Tout signe d'hypoglycémie nocturne doit être signalé au médecin traitant ou au spécialiste, surtout si les hypoglycémies se reproduisent régulièrement. Des examens complémentaires et un ajustement du traitement peuvent être nécessaires. 

L'utilisation d'une pompe à insuline peut éventuellement aider à régler le problème des fortes hypoglycémies nocturnes chez certains patients. Elle peut d'ailleurs être envisagée chez les seniors diabétiques de type 2 mal équilibrés malgré un traitement optimisé par multi-injections.

Ces pros peuvent vous aider